• Twitter Clean
  • Facebook Clean
  • White Instagram Icon
  • SoundCloud Clean

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

      "Flore Seydoux, une mezzo-soprano bluffante de sensibilité"

                                                                                                            Dialogues des carmélites, Charlotte Antoine-Perron

 

 

Habituée depuis le berceau aux grands voyages, Flore fredonne ses premières notes sur la natte à l'ombre des cocotiers de Nouvelle-Calédonie, chante sous les arbres du voyageur à Singapour où elle se passionne pour la comédie musicale, puis adolescente, découvre la vie parisienne, et éprouve le besoin ardent d’exprimer à travers des mots et des mélodies les sentiments de sa vie.

 

C’est à l’âge de vingt ans qu’elle interprète pour la première fois Juliette de Shakespeare et goûte au plaisir de monter sur scène. Désormais c’est sur les planches qu’elle évoluera. 

 

Elle entre alors dans la classe de chant du conservatoire du centre de Paris et dans l’école supérieure de comédie musicale. 

Très vite elle est engagée dans différentes compagnies qui lui confient des premiers et seconds rôles dans des domaines qu’elle affectionne tout particulièrement :

l’Opérette et l’Opéra Comique :

Lange dans La Fille de Madame Angot à Toulouse, Nantes, Bordeaux, le Mans et Tours, 

Simone dans Quatre jours à Paris à Lille et Nantes, 

Mimi dans La Route fleurie à Nîmes, 

Louise dans Les Mousquetaires au couvent à Toulouse, Lille et Marseille,

Francine dans Un de la Canebière à Lille et Nantes, 

Paola dans Méditerranée à Lille, Nantes et Tours.

 

Dans l’Opéra elle chante également les rôles de :

Siebel dans Faust aux arènes de Bayonne, à Lille, Roubaix et Nantes, 

Flora dans La Traviata à Lille, Roubaix, Montélimar, Clermont-Ferrand, Biarritz et Saint Etienne, 

Lola dans Cavalleria Rusticana au théâtre du Renard à Paris ainsi qu’au festival en Gascogne, 

La deuxième Dame dans La Flûte enchantée à la Cigale à Paris, à Nantes, Lille et Biarritz.

 

Flore aime chanter dans les choeurs, c’est ainsi qu’elle a intégré le choeur de l’opéra de Sydney dans Carmen et La Bohème, ou The Choir of St James King Street et The Parsons Affayre à Sydney. Celui d’Opéra en plein air en tournée dans les châteaux de France avec Aïda. Elle a chanté au stade de France dans Nabucco, et enfin dans Les Pécheurs de perles en tournée à Sète, Bordeaux, Nantes et Biarritz.

 

Avec sa passion pour la comédie musicale, elle a foulé les planches du théâtre du Châtelet avec Magdalena de Villa-Lobos. Elle a tourné à travers la France avec My Fair Lady et No, No Nanette.

 

À Paris Flore intègre deux quartet de femmes dans un style cabaret déjanté, Le Bidiboum Quartet avec qui elle tournera deux ans avant de rejoindre le Pacifique et tout récemment Les Rubies.

 

Son double talent de chanteuse et comédienne lui voit obtenir un premier prix au concours de chant de Béziers dans la catégorie Opérette.

 

Flore aime varier les plaisirs de la scène : en tant que comédienne, elle joue le rôle de soeur Mathilde dans Les Dialogues des Carmélites au théâtre de l’île de Nouméa, elle participe au spectacle de Robert Hossein, Une Femme nommée Marie à Lourdes et tourne à Nouméa dans un court métrage de Jacques Paulus, Le Courage d’Eva sur les violences conjugales.

 

La musique sacrée tient également une place importante dans son parcours ce qui l’amène à créer un ensemble dans chaque pays où elle se rend régulièrement, c’est ainsi que sont nés Le Trio.Org à Paris, Holyvox.org à Sydney et enfin Le Trio Passion à Nouméa.

 

 

 

« Tout homme crée sans le savoir comme il respire mais l’artiste se sent créer, son acte engage tout son être, sa peine bien aimée le fortifie »    Paul Valéry